evolution-musique-02

LES FOUINERIES DE CHIPILI : la musique et vous en 2015

Fouinerie: nom féminin, néologisme chipilien désignant l’art de trouver des idées originales et de mener des enquêtes.

Fouinerie du mois : quelles sont les nouvelles tendances en matière de consommation de la musique ?

Internet, le nouveau dieu de la musique

musique-diffusion-dan-l-ancien-temps

De la Grèce antique jusqu’à la fin de l’ère médiévale, nos habitudes d’écoute musicale étaient relativement simples : un poète chantait en jouant de sa lyre pour divertir les seigneurs lors des banquets. Si vous n’étiez pas un seigneur, vous comptiez sur les deux ou trois musiciens de la cité ou du village pour faire la même chose dans les rues.

De nos jours, les possibilités d’écoute sont beaucoup plus variées. La ressource musicale favorite du XXIeme siècle est sans aucun doute internet, qui offre des services très divers. Il existe de nombreux sites de streaming, tels que Deezer, qui permettent une écoute gratuite légale. Le simple fait qu’il me paraisse nécessaire de préciser « légale » suggère les nombreuses pratiques illégales, favorisées par l’apparition de nouveaux outils numériques tels que les convertisseurs en ligne, qui permettent de transformer un fichier vidéo hébergé sur le net en fichier son adaptable aux divers appareils d’écoute.

Je ne vais pas m’attarder à critiquer la floraison de ces pratiques illégales, mais je m’intéresse à ce que le phénomène suppose : la possession de la musique importe moins que son écoute. L’objet contenant la musique n’est plus nécessaire ; la musique se débarrasse ainsi d’un certain matérialisme. Par ailleurs, l’absence d’objet contenant – les musiques conservées dans l’ordinateur n’ayant pas d’existence en dehors de celui-ci, contrairement aux musiques importées via un CD – n’empêche pas, en réalité, la consommation payante. Certes, certains sites proposent des abonnements à 9, 99 euros par mois (parce que dix euros ce serait trop simple) ; mais d’après un article de MyBandNews, sur ces 9,99 euros, seulement 41 centimes reviennent aux artistes. Les principaux bénéficiaires sont en réalité les grands studios d’enregistrement et de production, tels que Sony.

Toutefois, il existe d’autres types de consommation payante. Ainsi, le site Bandcamp propose à la fois une écoute gratuite, et la possibilité d’acheter en ligne les morceaux écoutés gratuitement. Le site propose également une option « name your price » (littéralement, « propose ton prix ») une solution alternative qui permet de payer les artistes tout en laissant à leurs amateurs une certaine liberté dans leur mode de consommation. La fin du matérialisme n’éradique pas totalement l’existence d’une éthique de consommation.

Doit-on organiser le pot de départ du CD ?

cd-decheterie

Face à tant d’alternatives, auxquelles s’ajoutent la facilité d’accès – il suffit d’allumer votre ordinateur pour acheter de la musique – le déclin que connaît le format CD n’étonne personne. Promenez-vous cinq minutes à la FNAC ou dans une boutique spécialisée, et vous constaterez que des CD relativement récents sont proposés à des prix très attractifs. Autrement dit, la vente de CD ne perdure que si les nouveaux produits font rapidement l’objet de réductions intéressantes. Et cela ne constitue même pas une garantie : emprunter un CD à la médiathèque et transférer son contenu sur son ordinateur est aujourd’hui à la portée de n’importe qui.

Mais ne sortez pas trop vite les mouchoirs, le CD n’est pas tout à fait mort ! En tant que fouineuse Chipili, j’ai consulté plusieurs études de marché et je ne vais pas vous embêter avec les chiffres, mais je peux vous transmettre le diagnostic : l’industrie de la musique se porte toujours très bien. Tellement bien que les fouineurs professionnels s’extasient devant la renaissance inattendue d’un objet que l’on avait déjà enterré : le vinyle ! La vente de vinyles a fortement augmenté depuis 2013. Elle ne touche plus seulement les collectionneurs : les consommateurs lambda s’attachent aussi à ces objets collectors qu’ils associent à une écoute de qualité supérieure.

La recherche de qualité donne également lieu à un autre type de consommation : l’acquisition de mp3 et iPod. Avec eux vient l’achat d’écouteurs, rapidement détrônés par le casque, qu’on estime de meilleure qualité. Le casque isole celui qui écoute et remplace l’environnement sonore du lieu dans lequel il se trouve pas son univers musical personnel. L’écoute individuelle est devenue la tendance musicale la plus courante, la plus appréciée, et sans doute la plus addictive.

Les concerts, survivants du tsunami internet

Il me semble voir certains d’entre vous soupirer et faire la moue, se disant qu’il s’agit d’un énième article traitant les amateurs de technologies d’égocentriques déconnectés de la réalité. Faites-moi donc un sourire (et tenez vous droit devant votre écran d’ordinateur !), car je m’apprête à vous prouver le contraire ! Les concerts étaient plus en danger lors de l’apogée des ventes de CD que depuis l’explosion de la consommation en ligne. Pour le dire simplement, comme les gens n’ont plus besoin de payer des CD, ils peuvent se permettre d’acheter des places de concert. Il est hors de question de jeter les pauvres poètes et leurs lyres aux oubliettes.

Nous aimons peut-être la technologie, mais nous n’avons pas perdu le goût du live. Non seulement les grandes salles de concert continuent de se remplir, mais les petites salles et les bars locaux sont également pleins. Habitués à un choix massif et des écoutes fréquentes, nous avons développé une certaine ouverture d’esprit qui profite notamment aux artistes locaux, qui font plus facilement salle comble. Contrairement à toute attente, nos nouvelles tendances semblent donc favoriser l’émergence de nouveaux artistes.

Et Chipili, dans tout ça ?

chipili

Les fouineurs chipiliens sont aussi des magiciens. Nous avons pris toutes les pratiques existantes, nous avons mélangé et secoué le tout, et dans une explosion est né Chipili. Pour ceux qui sont encore au stade d’apprentis sorciers, voici une explication plus complète : en tant que créateur de concert à domicile, Chipili est à la rencontre entre l’écoute personnalisée et le plaisir de l’événement. Tout comme pour l’écoute internet, vous n’avez pas besoin de vous déplacer. Tout comme pour votre mp3, vous choisissez l’univers musical représenté. Tout comme dans un concert en salle ou un festival, vous rencontrez les artistes. Sauf que là, ils sont tout près. Tellement près que vous pouvez leur sourire, leur parler, leur offrir à boire et à manger, prendre une photo avec eux. Et le plus, c’est que vous pouvez partager ce moment unique avec vos proches.

Le seul bémol, c’est que cette pratique est encore peu répandue. Pourtant, elle a le mérite de permettre aux artistes de multiplier les dates et de les rémunérer professionnellement et légalement. Le concept séduit de nombreuses personnes et rassemble déjà une poignée de fidèles, mais l’absence de structure encadrant cette pratique l’empêche de trouver une forme viable. Intervient alors notre équipe d’intervention spéciale, qui s’est promis de ne pas cesser ses fouineries et autres sessions créatives tant que le concert à domicile ne sera pas une référence en matière de tendance musicale. Jetez un œil à www.chipili.com, vous verrez qu’on a fait aussi simple que toutes les plateformes précédemment mentionnées.

La modernité, c’est pas compliqué. Mais ça fait des miracles parce qu’en fin de compte, en quelques clics, on vous transporte dans l’Antiquité ou au Moyen-Age : vous pouvez à nouveau inviter le poète à venir chanter et jouer de la lyre pendant vos banquets entre amis.

Si vous aimez partagé sur vos réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>